lundi 7 septembre 2009

Destin de femme


Destin de femme
Dieu créa au début un homme puis sa femme,

ils eurent parait-il une fille et deux garçons. En
grandissant, l’un des frères jetta sa dévolue
sur sa sœur qui était sans doute pulpeuse, de
toute façon il n’avait pas le choix,elle était
femelle unique sur terre.


Le fait de se partager la blondinette n’a pas
été accepté. Vint alors le moment crucial de
passer a l’assaut et s’accaparer le bijou………on
assassina l’autre et on prend possession de la
belle qui devint la mère de l’univers…………en ce
moment le mot inceste n’existait pas encore.
Actuellement,on reconnaît discrètement qu’ en
fait nous sommes son fruit..que cela plaise ou
non.En fait, mieux vaut être issu de l’inceste
que du singe,aucun autre choix possible. Ainsi
donc la femme a donc toujours était l’objet de
domination,d’exploitation ou d’acquisition.Des
siècles se sont succédés sans changement. Dans
l’antiquité, le seigneur c'est-à dire l’homme
le fort et intelligent poilu, en toute dignité
et prestige pratiquait l’hospitalité sexuelle
c'est-à-dire livre sa femme et ses filles a
ses hotes. Au cinquième siècle avant Jesus, on
instaure la prostitution profane et légale,soit
aux alentours des sanctuaires religieux , les
hommes peuvent prendre possession de ces corps
frêles et sans défense pour un moment et ceci
juste après la prière (une gratuité) puis les
abandonner a leur sort. Après la délivrance,les
progénitures sont abondonnées aux pirates et
marchands qui les élèvent comme des poulets et
les revendent a titre d’esclaves. Puis , notre
docile moitié a vue son rang s’améliorer , elle
devient par statue « objet du maître » qui a le
droit absolu sur son corps et âme. De la , elle
passa au grade de dictérions (maisons d’état ou
sont exploitées les femmes au profit du régime
et sa trésorerie ). Ces dictérions ont par la
suite étaient divisées en trois:les dictériades
les aulétrides et les hétaires. Mais le malheur
de la femme a continué a se perpétuer.Ainsi, un
jour on décréta ,que pour assouvir le besoin de
monsieur en chair fraîche, il est nécessaire de
diviser cette catégorie en deux, l’une dédiée
administrativement et légalement,c’est l’épouse
et l’autre sans statue sera sacrifiée pour les
urineries passagères de monsieur. Enfin, on est
devenu moderne,équitable, on passe aux choses
sérieuses, on reconnaît et adopte les livres
saints émanant de dieu et qui privent la femme
de ses droits minimes. Le male lui, est plutôt
bien servi et dispose dorénavant de moyen tout
a fait légal de pouvoir manipuler, exploiter et
se servir a outrance du corps de son autre ego.
…………Il peut tester le bon fonctionnement de son
outil en défrichant, démolissant, se delectant
des divers composantes, inspectant les coutures
plis et replis en tentant a chaque fois de se
faire un nouveau record sur sa victime.celle-ci
sans recours,ni résistance physique adéquate ne
peut que constater et mémoriser le fabuleux
et performant travail du male dominateur qui
l’a contraint au jeu du plaisir personnel non
partagé. Les romains ont aussi, bien avant les
arabes profité de cet état de chose en créant
les meretrix(maisons de femmes esclaves)dirigée
par un leno (proxenète agrémenté),un fait dont
atteste les fouilles récentes et anciennes a
Pompéi et suivis par les gynécées et les harems
où la femme devient une denrée que l’on peut
stocker et user a volonté et ceci en fonction
de sa bourse. L’armée du monde moderne a aussi
organisé et financé les « camp followers » ou
camps suiveurs, soit des milliers de femmes qui
sont obligées de croupir a coté des militaires
pour que le baroudeur puisse la monter entre
deux batailles.L’église, et surtout en temps du
pape Jules2 a autorisé et permit l’exploitation
de la femme en instaurant les « public hotel »
dirigé par un religieux qui collectent le fruit
du travail de ses femmes pécheresses devenues
bienfaitrices pour le moment et pour couronner
le tout on imposa a notre moitié de porter un
collier jaune pour montrer son appartenance et
rang en société. Mais monsieur est insatisfait.
……………Pour conclure, on n’oubliera pas de citer
le future complex prostitutionnel allemand (des
milliers de femmes) destinées a essorer les
visiteurs et autres durant le déroulement de la
coupe du monde.
L’Afrique elle, a connu et continue a perdurer
l’exploitation, la marginalisation,l’oppression
patriarcale et le favoritisme de l’enfant male
sur la femelle et continue a nos jours encore
sectionner le sexe de la femelle pour qu’il ne
soit qu’un trou passif, ailleurs, d’autres font
porter a la femme une kechchaba ou bourka la
couvrant totalement.
Ma sœur, ma mère, ma fille……ce n’est pas encore
demain que tu disposeras de tes droits !
**********************************
Nous sommes en 2006,le savoir est banalisé, la
technologie a métamorphosé les esprits et les
astres lointaines violées, et l’Africaine est
toujours sous le soleil accablant,assoiffée,
fatiguée,tu ramasses les crottes d’animaux sur
les plaines pour cuire les repas de monsieur
qui somnole a l’ombre tout en courtisant tes
voisines et élaborant des plans pour accroître
le nombre d’individus de son harem.Pas loin de
là,tu es emprunté par un voisin ou proche pour
remplacer l’âne le jour du souk hebdomadaire.
………Ailleurs, pieds nues tu parcours le Sahara,
l’Himalaya,l’atlas,les Pyrénées a la recherche
des besoins journaliers de ta famille. Au fin
fond du monde moderne, des boulevards ont été
attribués à tes semblables, là, elles seront
exposées toutes nues , en vitrine éclairée, de
jours comme de nuit afin que monsieur puisse
choisir a l’œil l’article qui lui plait, jeune
ou veille, blanche ou blonde, noir ou café au
lait, catholique,musulmane,juive ou bouddhiste
Le monde entier est représenté ici par filles
interposées, en articles exposées derrière les
vitrines a l’attente d’un consommateur scrutant
le contenu et contenant….
…………Des millions de crimes ont été épargnés par
par le fait que tu existes,du fait que toi seule
est capable de dessécher les tuyaux de venin du
male et donc éliminer cette puissance maléfique
par décharge intégrale a partir d’un corps suant
et puant vers ton havre de sérénité, de calme et
de tranquillité seule apte a cette noble tache.
Le male géniteur que dieu a doté de ce ridicule
Et bizarre instrument, saugrenue et a géométrie
variable qui ne trouve son calme qu’ a l’état
d’étranglé ou suffoqué , respire enfin, tout son
malheur est transmis a sa douce moitié……………… Toi
ma sœur, malgré tout ce que tu as enduré, et le
fait d’avoir généré la vie en enfantant pendant
neuf mois, et malgré les douleurs surhumaines de
l’accouchement , et plusieurs années pour mettre
sur pied ce chef d’œuvre, l’homme, dès que tu
disparais tes souvenirs subissent le même sort,
pas même le droit de donner ton nom familiale a
ta progéniture,c’est encore lui, dont l’acte n’a
été qu’un court moment de plaisir qui aura ce
privilège…Il y a aussi des choses que même les
historiens ne reporteront jamais mais que la
mémoire humaine retiendra pour l’éternité………
Des énergumènes poilus a volonté, au regard horrible
répugnants et suants a outrance circulant en 4x4
a verre tintée,en moyen Orient, croulant sous le
chargement d’oisillons asiatiques destinés a la
consommation,aspergés en intimité et en publique
Va ma mère, ma sœur, ma fille, dieu t’a banalisé
par humain interposé et pour ceux-là tu resteras
toujours comme telle…..et on continu a créer des
procédées pour une exploitation intégrale de ton
corps, de ton âme et esprit…a outrance ………………………
………………du striptease évolutif moderne on passe au
cunnilingus (bouffer la femme),a la danse contact
a la domination,au facial, au fantasme,au fétiche
au fingering, au fisting, au golden shower, au
out-call et in-call……………………la liste est longue et
monsieur ne sera jamais satisfait……
………Chez les muslims, tu portes le deuil après son
décès, lui, il en est exempt.
Je vois loin le jour de ton humanisation,sacrée
femme, tu aurais pu être une déesse terrestre.

Ps: Il faut aussi savoir qu'avant eve, parait il, il y avait une femme
portant le nom de Lilith et qui aurait refusé sa condition de femme
au service d'Adam! c'est du moins ce que raconte les documents antiques
hebreux.